Montessori & Cie : 1 philosophie pédagogique, 1000 produits dérivés

8 minutes de lecture pour débloquer le badge de débutant éclairé en pédagogie Montessori

  • Vie et oeuvre de Maria Montessori. L’essentiel de la vie et de la philosophie de cette femme médecin italienne du début du XXème sècle
  • La marque Montessori. Qui la défend ? Des associations. Qui peut se l’approprier ? Tout le monde
  • Les écoles Montessori, et autres initations. Le fonctionnement traditionnel de l’enseignement Montessori et une sélection de déclinaisons
  • Le matériel Montessori, et ses innovations. Les matériels pédagogiques et de vie pratique originels, et une liste de nouveautés plus ou moins discutables
  • Les livres Montessori, pour l’adulte et pour l’enfant. Ce qu’il faut lire en tant que parent, et ce que Maria Montessori conseille de lire à tes enfants

 


 

Mon thé sourit ?

Nous cherchons… un personnage célèbre. Indice pour vous à la maison : Santana. Top ! Femme médecin et scientifique italienne, née en 1870. J’ai élaboré par l’observation au début du XXème siècle une théorie du développement de l’enfant. J’ai concrétisé cette théorie dans une philosophie pédagogique centrée sur les besoins naturels d’apprentissage de l’enfant. Cette philosophie est appliquée via une « méthode », avec des « matériels » dans des « écoles » qui portent mon nom. Les ingénieurs de la Silicon Valley comme les bobos parisiens se battent pour placer leurs enfants dans « mes » écoles. Heureusement, dans le prolongement de travaux comme ceux de Celine Alvarez, l’Éducation Nationale commence à envisager sérieusement le déploiement des méthodes pédagogiques dites « alternatives » que j’ai contribué à inventer. Je suis. Je suis. JE SUIS…

Maria Montessori ?

« Vous gagnez un formidable dictionnaire des synonymes offert par Larousse »

Une citation de Maria Montessori résume particulièrement bien sa philosophie pédagogique : « L’enfant n’est pas un vase que l’on remplit, mais une source que l’on laisse jaillir. »

Selon son observation, les enfants sont naturellement programmés pour vouloir apprendre, étape par étape, à utiliser leurs sens, leurs muscles ; à communiquer avec leur entourage des informations, des émotions ; à s’adapter au fonctionnement des choses, aux règles de la vie commune ; à parler, à compter, à lire, etc.

Le rôle de l’adulte enseignant n’est donc plus de convaincre l’enfant de s’intéresser à un programme d’exercices visant à acquérir telle ou telle compétence, mais d’observer l’enfant pour comprendre la phase dans laquelle il se trouve et accompagner son désir naturel d’apprendre avec le matériel pédagogique approprié.

Ajoutons à cela une bonne dose d’autonomie, une grande cuillère d’ancrage dans le réel (Maria était une farouche opposante du Père Noël) et une poignée d’apprentissage par le circuit main-cerveau-main. Faisons mijoter le tout dans un environnement adapté pour obtenir la recette miracle qui, de manière rigoureusement démontrée, permet une acquisition harmonieuse par l’enfant des compétences et des savoirs dont il a besoin.

Montessori ® ?

Et non. Pas de ® ou de ™ à apposer au nom de la scientifique. Montessori n’est pas une marque déposée. N’importe quel fournisseur peut, dans la limite bien sûr de la publicité mensongère, légalement qualifier son produit ou service de « Montessori ».

L’AMI (Association Montessori Internationale) n’a certes donné son agrément qu’à 3 fabricants dans le monde pour la production et la vente de matériels pédagogiques respectant à la lettre les instructions originales de Maria Montessori. Mais « Cubes roses agréé par l’AMI », ça sonne quand même moins bien que « Cubes roses Montessori ».

Et puis, on sait que Maria Montessori était vivement opposée à la sanctuarisation d’un formalisme montessorien. Elle exhortait ses successeurs à se concentrer sur sa philosophie, et à faire évoluer sa mise en pratique pédagogique, plutôt que de répéter des gestes mécaniques. De fait, inventer de nouveaux produits et services permettant de donner une éducation montessorienne aux nouvelles génération d’enfants est peut-être plus montessorien que de suivre religieusement des modes d’emploi rédigés dans les années 1920.

Alors comment s’y retrouver dans la foule de produits et services dits « Montessori » pour rendre service à ses enfants sans dépenser de l’argent bêtement ? Petit tour d’horizon des rayons du supermarché Montessori.

1. Les écoles Montessori

C’est le produit Montessori de base. Il existe des jardins d’enfants (moins de 3 ans), des écoles maternelle (de 3 à 6 ans, tous mélangés), des écoles primaires, des collèges, et même des lycées. Les écoles maternelles sont les plus répandues, et les plus recherchées.

Est-ce que la méthode Montessori est particulièrement adaptée à l’importante période d’éveil social et cognitif des 3-6 ans ? Est-ce que les parents considèrent qu’il est temps de rentrer dans le rang quand arrive le CP ? Est-ce que « on ne va pas non plus payer tous les ans le prix d’une école de commerce de la primaire au lycée » (les écoles Montessori ne sont pas subventionnées, donc chères) ? Probablement un peu de tout ça.

L’Association Montessori de France (AMF) recense sur son site les écoles adhérentes. Pour diverses divergences philosophiques ou budgétaires, un certain nombre d’écoles Montessori n’adhérent pas à l’AMF. Le site Montessori Spirit propose une carte plus complète des établissements français. Mais comment savoir si la pédagogie qui y est appliquée est fidèle aux enseignements de Maria Montessori ? Pas d’inspecteur académique pour Montessori. À toi de visiter l’école pour vérifier que les principes de base suivants sont respectés :

  • cohabitation d’enfants d’âges différents
  • présence d’un éducateur diplômé par un centre de formation Montessori reconnu
  • disponibilité d’un jeu complet de matériel pédagogique Montessori
  • plage de travail continue de 2 à 3h matin et après-midi (gros débat sur ce point dans le monde de la pédagogie alternative. On se croirait presque à l’Éducation Nationale normale)

1 bis. Les initiations Montessori

Pas trouvé de place en école Montessori ? Pas de panique. Il existe toute une gamme de services pour faire découvrir l’esprit Montessori à tes enfants, et t’y initier aussi. Quelques exemples :

  • Koko Cabane, c’est un peu l’école Montessori « à la carte ». Il y a des ateliers hebdomadaires réguliers (« J’peux pas le mercredi, j’ai Montessori ») ou des animations ponctuelles. Certains cours sont seulement pour enfants. D’autres impliquent aussi les parents, qui peuvent ainsi découvrir et expérimenter le comportement Montessori de l’adulte, clef de la pédagogie de Maria.
  • Le Smartsitting injecte l’esprit Montessori dans la garde d’enfants en recrutant dans les universités des « baby-sitters » qui partagent une passion avec l’enfant à garder (le piano, les legos ou le cinéma) et sont entraînés aux principes de la pédagogie Montessori par une formatrice certifiée. Résultat : des sorties d’école créatives, grâce aux passions partagées, et bienveillantes, grâce à Montessori.
  • Cheery organise des fêtes d’anniversaire avec un supplément de sens et de bienveillance. Ils proposent même la fameuse cérémonie d’anniversaire Montessori : les enfants s’assoient en rond autour d’un « soleil » et l’enfant fêté tourne autour du cercle pour concrétiser les années qui passent, tandis qu’un adulte décrit les grandes étapes de sa jeune vie.
  • Moonshot est une école de ski « façon Montessori ». Dans des groupes de taille limitée ou en cours particulier, ses moniteurs accompagnent la progression des enfants, à leur rythme, et sans la carotte d’oursons, étoiles ou autres fléchettes. Quand on repense au traumatisme des cours de ski de notre petite enfance, on se dit qu’ils tiennent peut-être un truc.

Un autre exemple à communiquer ? N’hésite pas à nous contacter.

2. Le matériel Montessori

La pédagogie Montessori valorise l’expérience autonome et manuelle de l’enfant. Pour cela, les éducateurs s’appuient une liste d’objets, dits « matériels », précisément décrits dans les ouvrages de Maria Montessori.

Quand on observe qu’un enfant veut et peut utiliser un matériel donné, on lui présente ce matériel en lui indiquant par l’exemple comment l’utiliser. L’enfant peut ensuite passer le temps qu’il le souhaite à utiliser le matériel, à répéter, à explorer.

Il y en a deux types :

  • Le matériel pédagogique est un ensemble d’objets d’apprentissage qui constituent une sorte de programme scolaire. Les différents matériels doivent être abordés dans un ordre précis pour permettre aux enfants de développer progressivement leurs compétences sensorielles, mathématiques et langagières.
  • Le matériel de vie pratique est l’adaptation des objets domestiques classiques (la vaisselle, une éponge, un évier, etc.) pour permettre aux enfants de les utiliser de manière autonome dès leur plus jeune âge.

Dans la pédagogie Montessori, il est tout autant valorisé qu’un enfant passe l’après-midi à repasser l’éponge sur la même table ou à empiler des cubes dans un ordre mathématique précis. Ce qui compte, c’est son élan naturel d’apprentissage, qui doit être compris et respecté.

Comme indiqué plus haut, il n’existe que 3 fabricants de matériel Montessori agréés par l’AMI : Nienhuis, Gonzagarredi et Matsumoto Kagaku Kogyo. Mais n’importe quel fabricant est en droit de fabriquer et distribuer des « copies » des différents matériels Montessori originels.

Pour juger de la qualité d’une offre non agréée, on se référera, comme pour tout achat en ligne, aux avis des clients et aux discussions des forums spécialisés

2 bis. Innovations dans le matériel Montessori

On l’a dit, Maria Montessori elle-même était favorable à ce que sa pédagogie et ses matériels soient remis à jour et enrichis, au fil des évolutions de la société. Pour rester dans l’esprit Montessori, une innovation matérielle doit tout de même être épurée, esthétique, sensorielle et adaptée à l’acquisition progressive d’une compétence claire.

Voici quelques fabricants non agréés de nouveaux matériels plus ou moins discutablement Montessori :

  • Ikea ne distribue pas officiellement de matériels Montessori, mais le catalogue du fabricant suédois est une mine d’or bon marché pour les matériels de vie pratique. Charlotte liste ainsi dans un article de son blog Hello Maman les produits auxquels elle a recours pour développer l’autonomie domestique de son enfant. De la vaisselle pas chère que l’on peut casser, à la mini-cuisine utilisée « pour de vrai », en passant par les verres à shot adaptés à la main de l’enfant, il y a plein de bonnes idées qui remettront du fun dans ton prochain pèlerinage chez Ikea.
  • Colori s’est fixé comme mission d’enseigner le code aux enfants (« informatique », pas « de la route », leurs véhicules seront conduits par des robots) en s’appuyant sur la pédagogie Montessori. Forcément, il n’y avait pas de matériel pédagogique dédié. il a donc fallu concevoir un cursus de nouveaux matériels, avec entre autre Cubetto, un robot programmable sans écran.
  • Edoki Academy développe des applications Montessori pour smartphones et tablettes. Comment ?! Un écran devant les yeux de mon enfant !? L’écran a beau être tactile, difficile de soutenir qu’une application puisse répondre à l’exigence sensorielle d’un matériel Montessori. Néanmoins, puisque nos smartphones font partie de la vie de nos enfants, ces applications sont peut-être un moyen adapté d’introduire l’utilisation, courte et encadrée, du smartphone par l’enfant.

Un autre matériel à présenter ? N’hésite pas à nous contacter.

3. Les livres Montessori, pour l’adulte

Il existe une abondante littérature visant à transmettre la pédagogie Montessori aux parents et éducateurs. Alors par où commencer ? Pourquoi pas à la source: L’Enfant, de Maria elle-même, semble tout indiqué pour une introduction à la philosophie Montessori par son premier prophète.

On peut aussi s’intéresser à ces éducateurs Montessori « contemporains » qui ont lu Maria dans le texte et expérimenté sa pédagogie. Ils proposent d’intéressants ouvrages de vulgarisation, interprétation et modernisation de la pensée Montessori: Sylvie d’Esclaibes, Emmanuelle Opezzo (fondatrice de Koko Cabane), Charlotte poussin (également traductrice de la dernière édition française de L’Enfant), Marie Hélène Place (qui écrit aussi de jolies histoires Montessori pour enfant) et Eve Herrmann.

Pas beaucoup d’hommes là-dedans, dis donc.

3 bis. Les livres Montessori, pour l’enfant

Certains livres pour enfant affichent fièrement la qualification « Montessori ». Sans remettre en question leur qualité, il faut avoir en tête que de nombreux livres pour enfants sont Montessori-compatibles, et que ceux qui se présentent comme tel ne le sont pas forcément.

Pour Maria Montessori, l’esprit de l’enfant ne peut déployer son imagination qu’à partir d’un enracinement ferme dans le réel. Ainsi, Jusqu’à ce que cet ancrage soit effectif (5-6 ans), il est recommandé d’éviter les histoires « fantastiques », avec des cochons qui construisent des maisons et des haricots qui poussent jusqu’au ciel, et de privilégier les livres qui évoquent des personnages et situations familières à l’enfant (des enfants, qui vivent des trucs d’enfant), ou qui présentent des choses du monde (les chiens, les bateaux, les trains, etc.), plutôt en photo.

Toutefois, étant donné la quantité d’images réelles et de fictions que les enfants du XXIème siècle sont amenés à absorber (dans les publicités, les emballages, les magazines, Netflix… et oui), on peut penser que cette exigence de réalité dans le divertissement des enfants mérite un assouplissement. Tout est dans l’observation.

Laisse jaillir la paix

Maria Montessori n’a pas conçu sa pédagogie dans une logique de performance (apprendre plus de choses, plus vite) et ce n’est probablement pas ce qu’il faut attendre de n’importe quel produit ou service Montessori.

Comme toi de temps en temps, tout ce à quoi aspire Maria Montessori, c’est à la paix.

La paix intérieure et extérieure de l’enfant qui, au lieu de faire ce qu’il veut, veut ce qu’il fait. Beaucoup de « caprices » ne sont que des besoins naturels d’apprentissage contrariés. À nous de l’accepter, et d’apprendre à mieux observer comment obtenir cette paix.

Maria pensait même que cette éducation harmonieuse était la clef de la vraie « paix », l’inverse de la guerre. Belle ambition. Et toi, tu commences par quoi ?