Comment convaincre ton café ou resto préféré de devenir kids friendly

Tu aimes aller au café MAIS tu as des enfants.
Tu as des enfants MAIS tu rêves de déjeuners et verres entre amis.
Bar + brunch + café + enfants = Zéro.

Je pose café, je retiens brunch et je divise par le nombre d’enfants…

Tu as beau tourner et retourner l’équation dans tous les sens, la solution miracle se fait attendre. Un ami très spirituel te l’avait pourtant glissé avec un sourire sardonique quand tu lui avais annoncé la bonne nouvelle : « profite tant que tu as encore le temps, mec ».

Les années de jeune parent ne sont pas celles où tu sortiras le plus, certes. Ta vie sociale se déroule surtout en ligne. Une étude datée de 2016 montre que les jeunes parents de la Génération « Y » utilisent plus que la moyenne TOUTES les fonctionnalités Facebook, sauf une. Le check-in. Ouch.

Mais ce n’est pas une fatalité. Le Paternel a trouvé le mode opératoire parfait pour convaincre ton café ou resto préféré d’accueillir tes enfants – à bras ouverts qui plus est. Bye bye, zombies du square. Tu es de retour au comptoir.  

Démonstration en 5 points clé en main à tenter auprès du patron de ton resto de quartier.

Étape 1. Le contexte : en retard, la France ?

Totalement ! Les jeunes parents qui ont vécu à l’étranger, notamment dans les pays nordiques, les Etats-Unis ou l’Asie, le disent : la France est très en retard sur l’accueil des enfants dans les lieux de restauration. La bouffe et le cloisonnement des générations sont tellement sacrés chez nous qu’on interdit les démarcheurs, les quémandeurs, les chiens et… les enfants. Persona non grata.

« On a bien 10 ans de retard », soupire Marie-Anne Decaux. Pour secouer tout ce petit monde, cette maman a co-créé le label Hello Marcel, qui repère les établissements parisiens kids friendly et assiste les parents perdus. Hello, Marcel !

Étape 2. Le cahier de doléances : ce n’est pas bien compliqué de rendre un parent heureux

À ce stade, tu ne demandes pas (plus) grand-chose.

Juste de pouvoir manger tes œufs brouillés encore chauds et :

  • Un peu de place pour la poussette, la trottinette et quelques jouets (on évite quand même de prendre le kit d’initiation à la batterie offert par un ami très spirituel, encore lui) ;
  • Du matos adapté à la génération montante, celle qui paiera nos retraites et nos pots cassés : table à langer, vaisselle, livres et/ou jouets, voire, soyons ambitieux, un vrai espace de jeux ;
  • Du respect et de l’empathie de la part du personnel. Même si Arthur est un cleptomane des petites cuillères et même si Rose sème des miettes partout depuis qu’elle a découvert le Petit Poucet.

Étape 3. La preuve par l’exemple : les labels kids friendly

Créés à Paris mais prêts à conquérir l’Hexagone, deux labels tentent de dégoter pour toi des cafés et restos kids friendly au cœur de l’impitoyable jungle urbaine. Des outils parfaits pour le papa connecté que tu es.

Hello Marcel & ses critères qualité

  • Good food. Parce que même les parents ont le droit de bien manger.
  • Feel good. Un personnel accueillant et une ambiance compatible enfants (sans playlist à 120 dB).
  • Des équipements adaptés. Tout le monde gagnera à ce que tu changes ton bébé sur une table à langer plutôt que de couvrir la banquette d’une mare de pipi (au mieux).

Orenda, la plateforme des « lieux de vie engagés »

Orenda ne s’intéresse pas qu’aux familles mais à l’inclusion en général. C’est-à-dire aux lieux qui accueillent tout le monde avec bienveillance, quelque soit l’âge ou l’orientation sexuelle du client.

Mathilde Wattecamps, en charge du développement du projet chez aufeminin, veille donc aussi à ce que l’accueil des familles dans ces lieux dépasse les stéréotypes de genre :

  • Ne pas s’adresser uniquement à la mère lorsqu’il s’agit des enfants. « Madame, votre enfant est en train d’uriner par terre, merci de venir le récupérer. Monsieur, voilà votre demi. »
  • Avoir accès à une table à langer ailleurs que dans les toilettes des femmes. « Mais pourquoi il y a toujours la queue chez les femmes ?? »
  • Proposer des jouets pas trop lourdement genrés. « Un joli camion pour toi mon bonhomme, et un nécessaire à ménage pour la petite ».

Pas gagné ? On y travaille !

Bonus : d’autres guides pour TON quartier

Pas vraiment un label, mais Anaïs de Parisianavores aime tellement combiner ses deux passions (les restos et ses enfants), qu’elle a listé 20 brunchs et 30 restaurants parisiens où elle se sent bien accueillie en famille.

Et si on n’est pas à Paris alors ?! À bordeaux, le guide

Et si on a envie d’allaiter sans avoir à se cacher dans un placard ? (La mère du coup, pas le père, quoique 😉). Et bien Caroline Guillot, auteure du Manuel très illustré d’allaitement et autoproclamée « amoureuse de la tétée », s’est lancé dans le référencement des lieux « allaitement friendly ».

(Tu as un autre guide local, national, mondial ou intergalactique à nous recommander ? N’hésite pas à nous envoyer un petit message pour qu’on puisse l’ajouter ici.)

Avec tout ça, nous voilà déjà bien avancés.

Étape 4. Soyons fous : prévoyons carrément des animations

Si vos enfants sont occupés par des divertissements adaptés à leur âge, cela signifie :

  • Que vous pourrez manger votre plat encore CHAUD. Oui. Vos frites, chaudes. Votre café, chaud. La vie, la vraie, est de retour.
  • Que vos rejetons n’iront pas tirer la langue à vos voisins ni tirer sur le tablier du serveur.
  • Que vous pourrez discuter avec vos amis sans avoir à vous lever toutes les deux minutes pour rattraper Max, parti vivre sa vie.

Ce scénario de rêve, Fabien Arboleda, co-fondateur de Popi & Arlette, le concrétise pour toi. Tel un Saint protecteur des sorties en famille, il conçoit et organise des animations pour enfants dans les cafés, restaurants et hôtels. Tout ça mis gracieusement à disposition des parents qui n’attendent qu’une chose, se débarrasser de leur marmaille pour ripailler tranquilles. C’est beau, l’amour.

Concrètement, c’est comment ? Les enfants sont accueillis dans des espaces dédiés, avec animateurs à la clé. Ils jouent, ils créent, ils S’OCCUPENT.

Étape 5. La touche finale : un business plan à présenter au café/resto ciblé

Un restaurateur doit faire son chiffre ? Justement ! Contre toute attente, voici trois arguments financiers pour achever ta démo :

  • Les restaurateurs qui travaillent avec Popi & Arlette mesurent lors d’animations une hausse de chiffre d’affaire de 5 à 10 fois l’investissement engagé. Parent content = parent qui va reprendre un café, tiens, et un Perrier ?
  • Parmi les lauréats du label Hello Marcel, le restaurant Passarito, qui offre un espace entier aux enfants, est un cas d’école. Au moment de l’obtention du label, sa fréquentation a augmenté de 30%.
  • Mathilde d’Orenda nous glisse le dernier argument-massue, la fidélisation :  « C’est super pour un lieu de grandir avec sa clientèle. Pour un bar, des clients qui venaient auparavant plutôt boire un coup pourraient se mettre à se pointer pour déjeuner. S’ils sont bien accueillis avec leurs enfants, ils reviendront souvent, avec ou sans eux. »

Restaurateurs, baristas, la voilà, l’idée de génie : capter votre clientèle dès sa naissance. Littéralement !

Photo : Oleksandr Pidvalnyi