1 bébé : 7 nouvelles raisons d’arrêter de fumer

Fumer barré dessiné par un enfant

Est-ce bien raisonnable d’arrêter de fumer quand on vient d’avoir un bébé ?

Comment se sent-on avec un nouveau bébé ? Très heureux bien sûr, et puis en déficit de sommeil, et super stressé. À tel point que 20% des couples séparés ont explosé pendant les premiers mois de leur premier enfant. Et quand on arrête de fumer ? Très fatigué et plutôt irritable. Alors, cumuler les deux ? Vraiment ?

Personne ne dit que ce sera plus facile. Mais, en-dehors même du fait désormais universellement admis qu’on ne fume pas à côté d’un bébé, il y a un faisceau de bonnes raisons, pour toi, pour la maman et pour l’enfant, qui font d’une naissance un bon moment pour arrêter de fumer.

Nous ne sommes pas tabacologues. La priorité est le bien-être de l’enfant. Le manque de nicotine ne doit pas réduire ta vigilance. Même si cela signifie reprendre la cigarette. Ou vapoter. Mettre des patchs. Ou mâcher des nicorettes. N’hésite pas à te faire aider.

Bonnes raisons pour toi

1. Tu sors moins, donc tu es moins tenté

Ce n’est pas un cliché, avoir un bébé réduit considérablement le rythme de sortie et Facebook le constate parmi ses utilisateurs. Les nouveaux parents utilisent davantage toutes les fonctionnalités du réseau, à l’exception d’une seule : le check-in. Il est vrai que faire un check-in “dans la chambre de bébé” pour l’endormir, “dans le salon” pour le nourrir, “dans la salle de bain” pour le changer, c’est moins cool qu’indiquer sa présence en boîte, au bar ou au restaurant.

Avantage pour toi : c’est en général quand on sort avec ses amis qu’il est le plus difficile de résister à une petite clope. Autant profiter de ton abstinence sociale conjoncturelle pour surmonter plus facilement les premières semaines de sevrage nicotinique.

2. Tu satisfais ton instinct de survie décuplé

Être en charge d’un bébé bouleverse ta chimie cérébrale de multiples façons. Entre autre, tu es beaucoup plus attentif aux dangers potentiels de ton environnement. Comme tu sais que cette cigarette est dangereuse, cela détendra ton cerveau reptilien de réussir à t’en débarasser. Et puis, au-delà de l’instinct, l’objectif de prolonger ton espérance de vie devient plus concret quand tu peux le formuler comme “avoir plus de chance d’être vivant le jour où ce bébé sera en âge de se marier”.

3. Tu ne laisses pas l’envie de fumer gâcher des moments précieux

Le problème de la dépendance à la cigarette, c’est que, souvent, on a très envie de fumer. Quand on est en charge d’un nouveau-né, on passe de longs moments où cloper n’est pas une option. Tourner en rond en porte-bébé toute la soirée pour calmer les cris du soir. Bercer l’enfant pendant deux heures dans ses bras pour le distraire avant la prochaine tétée et permettre à sa mère de se reposer.

Ces moments sont de belles opportunités de faire connaissance avec ton bébé. Ce serait dommage de ne pas réussir à en profiter, parce que, pire que d’avoir faim ou sommeil, tu ne penses qu’à t’échapper pour aller fumer.

Bonne raison pour la mère

4. Tu peux l’aider à ne pas reprendre

Même si la mère de ton enfant fumait avant de tomber enceinte, elle a probablement suivi les recommandations du corps médical et arrêté de fumer, ou largement réduit sa consommation, pendant sa grossesse. Elle a déjà fait son sevrage et, comme tu as appliqué toutes nos astuces pour ne pas être un compagnon de grossesse trop pénible, cela ne s’est pas trop mal passé.

Si vous décidez d’arrêter/ne pas reprendre “ensemble”, cela vous offrira un bouc émissaire commun pour évacuer les moments de tension qui peuvent arriver avec la responsabilité d’un nouveau-né. “Pardon, je n’aurais pas dû m’énerver parce que le biberon était mal nettoyé, mais tu sais ce que c’est, avec l’arrêt de la cigarette…”.

Bonnes raisons pour l’enfant

5. Nouveau-né, tu lui permets de s’habituer à ton odeur

L’odorat est l’un des sens les plus rapidement opérationnels du bébé. Dès la naissance, il réagit aux bonnes et mauvaises odeurs. À 6 jours, il est capable de reconnaître l’odeur de ses parents, qui l’apaise. Il est sans doute plus agréable pour lui de s’habituer à ta vraie odeur, qu’à une forte odeur de tabac.

Quoique, peut-être que l’habituer à ton odeur de cigarette lui permet de se sentir bien avec n’importe quel fumeur. Du coup, quand tu le confies à ses grands-parents, plutôt que de leur laisser un tissu avec l’odeur de son papa ou de sa maman, tu leur donnes un paquet de clopes. “Pensez bien à fumer une ou deux clopes avant d’aller le chercher le matin, ça le rassure”.

6. Plus grand, tu lui évites de sacrifier ses cadeaux de Noël

Une étude réalisée en Grande Bretagne sur 1000 enfants âgés de 8 à 13 ans a montré que 54% étaient prêts à sacrifier leurs cadeaux de Noël pour que leur(s) parent(s) arrêtent de fumer. La communication gouvernementale fonctionne très bien sur les enfants, alors autant arrêter tout de suite pour éviter de te faire sermonner par un mioche. Ce sera d’autant plus pénible qu’il aura raison. “Mais non papa ne veut pas mourir et te laisser tout seul…”.

7. Ado, tu l’empêches de se souvenir que tu fumais

Qu’est-ce qui est pire que s’abîmer la santé en fumant clope sur clope ? Voir son enfant s’abîmer la santé en fumant clope sur clope. Si tu fumes toi-même ou si tu as arrêté après qu’il ait commencé à stocker des souvenirs, tu auras beaucoup plus de mal à expliquer à ton enfant que commencer à fumer doit être inscrit en gras sur sa liste des conneries à éviter à tout prix.

Les statistiques sont sans appel : les enfants de fumeurs ont deux fois plus de chance de devenir fumeurs réguliers entre 13 et 21 ans. C’est quoi un ado fumeur régulier ? C’est un ado encore plus énervé que la moyenne des ados quand il doit passer du temps avec ses parents, donc sans fumer. Diviser par 2 les chances de passer tes futurs week-ends avec un ado en manque de nicotine, voilà une excellente raison d’arrêter de fumer !